Les Comores : visite guidée en compagnie d’Albert Karaziwan

Albert-Karaziwan-ComoresEntre deux déplacements sur le sol africain, Albert Karaziwan, PDG-fondateur de SEMLEX, nous révèle son coup de cœur pour l’archipel de Comores où il aime se ressourcer lorsqu’il le peut.

Moins connu des agences touristiques et pourtant tout aussi paradisiaque par ses paysages et l’hospitalité de ses habitants, l’archipel des Comores comprend Mayotte et trois autres îles regroupées sous le nom de l’union des Comores déclarée indépendante en 1975 comme République fédérale islamique d’Afrique Australe, rappelle tout d’abord Albert Karaziwan. Mayotte vote pour le rattachement définitif à la métropole française en 1976 et devient un Territoire d’Outre Mer.

Parmi les trois autres îles, celle de Mohéli se distingue particulièrement par ses attraits naturels. Faire un tour sur l’île aux parfums de Djoumbé Fatima, une marche au bord des plages aux sables d’or, une sortie en mer sur les îlots de Nioumachoi notamment l’îlot de Wenefou pour observer les dugongs et les baleines, ou une promenade pour visiter le village des tortues (Itsamia), sont autant de raisons de visiter l’île, nous dit Albert Karaziwan. Vous pourrez également observer les grandes chauves-souris Livingstone à Wallah ou des oiseaux rares et endémiques.

Essentiellement peuplée d’agriculteurs et de pêcheurs, le pays n’a pas encore un tourisme très développé, par manque d’infrastructures adéquates. De plus, les pénuries sont assez chroniques notamment en eau, en électricité, en essence, parfois même en produits alimentaires de base. Dans ce contexte, le don d’une station d’épuration et de traitement d’eau potable à l’île de Mohéli par le groupe belge Semlex dirigé par Albert Karaziwan représente un pas avant. Spécialisée dans la mise en place de solutions identitaires biométriques, la société Semlex exerce plusieurs activités au sein de l’Union des Comores. Mais c’est à titre gracieux qu’elle a procédé à l’installation d’une station de traitement de l’eau qui apportera l’eau potable à Mlabanda, un village de la région de Djanbo. Ainsi, l’inauguration de la station s’est déroulée le 14 avril 2014 en présence de notables, de personnalités politiques comme la première dame des Comores Mme Hadidja Aboubacar et le gouverneur de Mohéli et bien entendu d’Albert Karaziwan qui a fait le déplacement pour l’occasion.

Albert KaraziwanPour les amateurs de sensations fortes, la visite du massif volcanique du Karthala sur l’île de Grande Comore sera une attraction incontournable lors de l’arrivée sur Moroni, capitale du pays. Mayotte, Mohéli, Anjouan et Grande Comore sont autant de noms réputés pour les plongeurs du monde entier, faisant involontairement des Comores un site de plongée sous-marine très prisé. Dotés d’une faune et d’une flore esthétiquement incroyables, la biodiversité préservée de l’archipel en fait un berceau naturel de l’écotourisme.

Les îles de la lune, également connues sous le nom de Djouzrou AL Kamar, renferment citadelles, mosquées, tombeaux chiraziens, cascades, lacs, îlots déserts et fonds sous-marins. Témoins de l’histoire, ces richesses sont l’héritage prouvant que les Comores furent un carrefour des civilisations. L’influence africaine apparaît dans certaines danses traditionnelles comme le Sambé et à travers les maisons de pailles tandis que l’architecture arabe se découvre au hasard d’une promenade dans les vieilles villes semées de palais de sultans et de médinas. Passionné par la culture comorienne, Albert Karaziwan indique que la langue du pays est sûrement l’élément le plus révélateur de ce métissage culturel, mélange de swahili avec quelques mots et expressions venant du français, du malgache et de l’arabe.